Presse

Dans la presse

Pour la FFE et l'équitation

NOS CONVICTIONS

Serge Lecomte explique ses propositions dans la vidéo de présentation de sa candidature sur sa chaîne Youtube.

Les clubs au cœur de la FFE

« Les établissements équestres doivent rester au cœur de la Fédération car ils sont le moteur du développement de l’équitation et du cheval en France.
Ce sont eux qui constituent la Fédération et qui la font vivre.
Leur place dans la fédération doit toujours être renforcée. »

Le dirigeant qui accueille des cavaliers dans son club, qui organise des concours, qui vit les mêmes obligations que les autres dirigeants, sait naturellement ce qui est bon pour l’équitation et pour tous les dirigeants dans la même situation.
La bonne politique fédérale pour les clubs doit être présidée par un vrai dirigeant / enseignant en phase avec nos réalités de terrain.

Pour l’unité fédérale

« Nous préserverons l’unité fédérale difficilement acquise.
Pour être crédible, la Fédération doit être renforcée sans cesse et accueillir tout ce qui concerne l’équitation.
Il ne faut pas la disloquer avec des structures satellites vivant de la fédération et qui coûtent plus cher, comme nous l’avons connu dans le passé. »

L’unité fédérale est un combat permanent. Elle commence par ne pas opposer les différentes familles fédérales, le sport aux clubs, les clubs ruraux aux clubs urbains, les petits clubs aux grands, les cavaliers de loisir aux cavaliers de compétition…
Il faut veiller à ce que chacun se sente bien dans la Fédération avec la possibilité d’utiliser le levier fédéral pour faire avancer les projets qui lui tiennent à cœur.
C’est la condition pour éviter la dérive séparatiste des tenants exclusifs de telle ou telle pratique ou de se séparer de services fédéraux par incapacité à les gérer.

Pour une fédération éthique et bienveillante

« Nous poursuivrons la promotion de la bienveillance et du bien-vivre avec le cheval au service de la santé et du bien-être de nos concitoyens.
Nous poursuivrons toutes les actions de formation pour la bientraitance de nos poneys et de nos chevaux. »

Nos activités relèvent de la santé publique et la Fédération remplit sa mission en favorisant la santé, le fair-play, le sport propre, les bons comportements et les bonnes pratiques.
Elle s’est toujours positionnée en faveur de l’éthique.
Cela inclut des actions nombreuses en faveur tant des cavaliers que des poneys et chevaux.
Nous avons toujours fait intervenir la fédération à chaque alerte de violences sexuelles.
Nous avons initié un programme de soutien aux victimes de violences sexuelles avec une plate-forme de recueil des signalements.
L’affiche « N’en parle pas qu’à ton cheval » diffusée à tous les clubs pour affichage fait notamment connaître toutes les coordonnées nécessaires. Cette action prioritaire et permanente nécessite et nécessitera toujours plus de vigilance et d’engagement.

Pour la performance sportive

« Nous sommes attachés aux performances sportives et nous continuerons à développer des projets de compétition adaptés pour chaque groupe de cavaliers. »

Élargir la base de la pyramide et permettre à chacun d’avoir la chance de révéler son potentiel est le premier axe de notre politique sportive.
Cela passe par une offre de compétition à la fois diversifiée, ludique et formatrice pour chacun de nos publics de cavaliers.
L’organisation de beaux championnats à tous les échelons départementaux, régionaux et nationaux permet à la fois de satisfaire les compétiteurs et d’améliorer l’encadrement et la cavalerie de l’équitation.
Notre première action est la conquête de nouveaux publics et des circuits participatifs avec de beaux championnats pour les premiers niveaux de compétition.
La seconde est la densification de l’élite destinée à constituer les équipes afin que les sélectionneurs aient un plus grand choix de couples performants pour représenter la France lors des grandes échéances.
C’est le sens de la mise en place des Groupes JOP, équipe de France et des circuits d’excellence. Nous offrirons aux cavaliers de haut niveau un plan de progrès méthodique rassemblant chacun des facteurs de la performance construite sur un accompagnement respectueux par un staff technique talentueux piloté par une Direction technique nationale clairvoyante qui a fait ses preuves, un programme individualisé de formation et de préparation cohérent et adapté ainsi que la fidélisation d’un tissu de propriétaires engagés.
Cette filière d’accès au haut niveau doit se construire par étapes pour inciter chaque couple à potentiel à se dépasser.
L’offre de compétition sera renforcée avec des circuits pour les amateurs et les pros et un calendrier de concours adaptés pour offrir chaque année un projet sportif pour chaque cavalier des écuries de compétition.

Pour une démarche qualité dans tous les domaines

« Faire progresser le niveau moyen de tous et permettre aux meilleurs d’atteindre les sommets sont les vrais défis de notre équipe.
C’est vrai pour les clubs, pour la formation des enseignants et des cavaliers et pour les organisations de concours. »

La qualité est le meilleur facteur de fidélisation. Elle est décisive dans la conquête du public et dans la réussite économique des clubs.
Les labels ne sont pas un classement des meilleurs. Ils doivent permettent de fixer des objectifs de progrès à chaque club.
Ce sont des minimas qui doivent être relevés seulement quand le plus grand nombre d’entre nous les ont atteints afin de faire progresser tous les établissements.
Ils doivent être destinés à se faire mettre en règle pour l’accueil du public et à faire améliorer les infrastructures.
Certains seront bien au-delà des labels et tant mieux s’ils servent de modèle de progrès.
Le plan de formation des cavaliers a largement évolué. Il s’appuie sur un dialogue enseignant / enseigné qui prend en compte un véritable plan de formation.
C’est un guide qui fait augmenter le nombre de bons cavaliers et la fidélité à son club, il convient de diffuser davantage ses atouts auprès des enseignants d’équitation.
Les nouvelles formations en ligne sur le Campus FFE y contribuent.
La qualité des formations initiales est un axe majeur qui concerne autant les formateurs que les dirigeants de centre équestre.
Les brevets d’État doivent être conservés et défendus car ils sont les garants de l’obligation d’avoir un diplôme pour encadrer les activités équestres.
La formation continue doit être développée dans toutes ses formes pour intéresser le plus grand nombre à progresser et ouvrir son champ de compétences.
Le dispositif des experts fédéraux et les Brevets fédéraux d’entraîneur et d’encadrement sont d’excellentes initiatives à densifier pour offrir des formations de proximité.

L’ouverture à tous les publics et à toutes les pratiques

« L’aspiration loisir et nature des cavaliers est dominante. Nous devons apporter les outils utiles pour favoriser tous les types de pratique.
Notre rôle d’éducateur est d’abord de mettre les poneys et les chevaux dans les conditions optimales de service du développement harmonieux des pratiquants dans le respect de nos poneys et chevaux. »

Les poney-clubs sont les fermes pédagogiques d’aujourd’hui et permettent aux enfants de mieux grandir en se faisant des souvenirs pour la vie.
Le tourisme équestre est l’activité qui répond le mieux à l’envie nature des cavaliers. L’équitation verte en phase avec les valeurs environnementales et écoresponsables est une vraie demande sociétale que nous devons tous savoir satisfaire.
L’inclusion et l’insertion sont facilitées par la médiation avec les poneys et les chevaux.
Il faut poursuivre le développement des pratiques Cheval & Diversité, en s’associant aux pouvoirs publics.
L’avenir de l’équitation passe aussi par l’équitation scolaire et les actions de découverte de l’équitation.
C’est le moyen de donner le goût de l’équitation dès le plus jeune âge et de faire parler positivement du cheval dans les familles qui ne pensent pas venir dans nos écuries.

Pour une fédération unie, rassembleuse, ouverte à toutes les pratiques et à toutes les sensibilités

En résumé, soyons fédéral

« Les progrès sont le fruit de l’innovation et de la performance. »

« L’équipe est toujours plus forte que le plus fort de l’équipe. »

« On ne peut être satisfait sans partager. »

Etre fédéral,

c’est faire progresser ensemble tout ce qui réunit les passionnés du cheval pour le partager.

Etre fédéral,

c’est vouloir progresser et transmettre ses compétences aux autres pour apporter sa pierre à l’édifice.

Etre fédéral,

c’est être conscient que toutes nos envies et nos actions ont toujours une relation aux autres.

Etre fédéral,

c’est aller à la conquête des fruits des bonnes idées nouvelles pour progresser.

Etre fédéral,

c’est vouloir donner à l’équitation une place dans notre société en allant à la rencontre de tous les publics.

Etre fédéral,

c’est faire rayonner nos valeurs éducatives, sportives et humanistes pour aider nos nouvelles générations à mieux grandir.